Mobilisation pour la Loi et l’enseignement des langues régionales le 8/4 à l’Assemblée

loi langues régionales

La proposition de loi relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion est revenue à l’Assemblée nationale pour une seconde lecture. Elle a été étudiée en commission des affaires culturelles le mercredi 31 mars, puis en séance le jeudi 8 avril.

En première lecture, cette proposition de loi avait été adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale le 13 février 2020. Malheureusement, nombre de députés du groupe majoritaire avaient au préalable rejeté tous les articles relatifs à l’enseignement. Fort heureusement, l’étude du texte au Sénat le 10 décembre dernier a permis de réintégrer dans le texte certaines dispositions sur l’enseignement, et c’est donc un texte enrichi à la suite de la navette parlementaire qui revient en discussion à l’Assemblée.

Tous les membres du collectif Pour que vivent nos langues, dont le Congrès permanent de la langue occitane fait partie, souhaitent que ce texte puisse être adopté conforme par rapport à la version du Sénat, de manière à ce que la loi puisse être définitivement promulguée. C’est également la volonté de l’ensemble des réseaux d’enseignements publics et associatifs en langue régionale partout en France, mais pas seulement : dans un communiqué, les treize présidents de Régions de métropole ont également appelé les parlementaires à adopter cette loi conforme.

Nous avons là une occasion historique de faire avancer la cause de nos langues, trop souvent méprisées : ce serait la première fois dans l’histoire de la Vème République qu’une loi sur les langues régionales serait adoptée1.

Mobilisons-nous

Entres autres initiatives de sensibilisation du grand public pour interpeler les députés, un défi a été lancé par le député breton Paul Molac au vidéaste humoriste Simon Cojean autour du #laissenousparlerjeanmichel. Vous pouvez partager la vidéo sur le réseau social de votre choix : objectif 100 000 vues.

Il est surtout très important que chacun d’entre vous, attaché à la sauvegarde et à la transmission de l'occitan, fasse savoir a titre personnel ou/et associatif a sa députée ou son député par courrier, courriel, ou lors d’une audience qu’il souhaite très vivement que cette loi soit votée telle que l’a établie le Sénat qui l’a enrichie d’articles très utiles pour l’enseignement.

La loi, si l’assemblée reprend les amendements du Sénat, outre les articles déjà validés offrirait : la possibilité d’élargir l’offre d’enseignement sous diverses modalités, une équité de traitement entre les langues régionales, une simplification des procédures pour le forfait scolaire, la sécurisation de l’enseignement bilingue par immersion dans l’enseignement public, etc.

Pour exhorter votre député(e) à être présent(e) et voter cette loi en l’état le 8 avril, vous pouvez lui faire savoir que ce serait là une action positive conforme aux engagements internationaux de la France en matière de valorisation de la diversité linguistique et culturelle, engagements si peu respectés qu’ils attirent régulièrement des critiques justifiées. Pour les députés de la majorité, il convient de leur rappeler que En Marche ! et le candidat Emmanuel Macron avaient en 2017 pris position pour le développement de l’enseignement et une loi en précisant « une loi, compatible avec la Constitution de la France et l’unité du peuple français qui donne un véritable statut est une exigence démocratique et une mesure indispensables » (Cf. www.2017oc.fr)

Vous pourrez trouver les coordonnées de votre député(e) sur le site de l'Assemblée nationale.

1 : Ce texte introductif est adapté du communiqué du blog de Paul Molac.