Eléments de langue occitane

L'article partitif

Balha-li d'aiga

Où emploie-t-on l'article partitif « de », où exprime-t-on le partitif par le substantif seul ?

« Balha-li d'aiga »

L'emploi du partitif n'est pas, il me semble, un gros problème, encore que selon les parlers, il existe des différences. Louis Alibert nous dit [p. 277] que « la plupart des parlers languedociens ont adopté le partitif précédé de “ de... ” » : « Balha-li d'aiga », « Aviá de belugas dins lo sang » (Besson). Il ajoute que « quand le partitif est déterminé tous les parlers emploient l'article » : « Balha-me de l'aiga ». Il avait mentionné au début de son discours que « dans les parlers de Foix et de Donasan, le partitif [était] exprimé par le substantif seul » : « Non manjan pan ni bevon vin », « Se vòls aver enemics, prèsta argent a tos amics » (prov.).

Cette manière de s'exprimer nous emmène jusqu'aux Gascons qui n'ont pas non plus d'article partitif : « Ne beu pas totjorn aiga minerau », « Que minja mongetas a la sason ». Cependant, au sud du domaine gascon, l'emploi de « de » est possible quand le nom est déterminé par un adjectif épithète : « Ne crompa pas sonque de bon vin ». Il existe également une construction différente : « Ne crompa pas sonque vin deu bon ».

Adriu Bianchi, membre du Conseil linguistique du Congrès

Bibliographie :

  • Gramatica occitana d'Alibèrt
  • Gramatica de l'occitan gascon contemporanèu de Romieu & Bianchi

Fòto : Atarom

En partenariat amb La Setmana